Art’Terri2018-12-13T15:33:26+00:00

Project Description

Formation « Artisan du Territoire »

Acquisition de savoir-faire oubliés qui s’inscrit dans le cadre du programme européen Leonardo da Vinci Transfert d’Innovation 2010-2012, au sein du Programme pour l’Éducation et la Formation tout au long de la vie.

Le projet en bref

La haute qualité patrimoniale des territoires ruraux d’exception est un vecteur important de développement durable : développement économique, inclusion sociale par une prise de conscience citoyenne de la valeur d’usage collectif des patrimoines bâtis et paysagers, insertion/qualification de publics des territoires ruraux, respect de l’environnement par le recours aux matériaux locaux.
Or, l’authenticité de ces territoires est aujourd’hui menacée par la disparition des savoir-faire anciens et l’inadéquation des formations au regard des besoins de compétences de haute qualité alliant maîtrise des savoir-faire et connaissance fine du territoire.
Parallèlement, des publics de ces territoires ruraux, caractérisés par un faible niveau de qualification, sont en situation de précarité, particulièrement les femmes, pour qui les possibilités professionnelles se résument le plus souvent à de « petits boulots ». Beaucoup d’entre elles sont néanmoins fortement sensibilisées à la qualité patrimoniale et paysagère de leur environnement/de leur cadre de vie, et sont véritablement désireuses de contribuer à la préserver.
L’enjeu du projet Art’Terri est de rendre possible, à des publics caractérisés par un faible niveau de qualification (plus précisément des femmes), sur des territoires ruraux d’exception, l’acquisition de compétences et connaissances de haute qualité patrimoniale leur permettant de devenir des « artisans du territoire ».

Cinq partenaires de territoires ruraux d’exception – Provence, Majorque, Epire, Tokaj, Corse – associent leurs compétences à celles d’un partenaire allemand – Zukunftsbau GmbH – présent sur le territoire de Berlin,  afin d’opérer le transfert d’une méthode d’ingénierie de formation particulièrement innovante permettant de concilier employabilité de publics défavorisés et acquisition de savoir-faire de haute qualité patrimoniale ainsi que mobilité européenne, dans un cadre pédagogique de chantier de formation.
Cette collaboration vise à construire un référentiel de compétences « artisan du territoire », avec la particularité de concilier la connaissance du territoire (histoire, géologie, etc.) et l’acquisition des savoir-faire anciens dont ils sont issus.
Cette formation est expérimentée sur chaque territoire, dans le cadre de chantiers de formation. Des mobilités européennes sont organisées entre les chantiers expérimentaux.
À l’issue de la formation, les bénéficiaires seront « employables » par les entreprises de restauration du patrimoine.

Les bénéfices de cette formation « territorialisée » de haute qualité patrimoniale et de l’ouverture européenne sont promus auprès des donneurs d’ordre de la restauration patrimoniale, des décideurs de l’EFP, des entreprises, des acteurs de l’emploi et de l’insertion au niveau local, régional, national et européen.

Le contexte du projet

La haute qualité patrimoniale de territoires ruraux d’exception est un vecteur important de développement durable – développement économique, inclusion sociale par une prise de conscience citoyenne de la valeur d’usage collectif des patrimoines bâtis et paysagers, insertion/qualification de publics des territoires ruraux, respect de l’environnement par le recours aux matériaux locaux, etc.  Ce diagnostic partagé par l’ensemble des territoires d’exception d’Europe est formalisé au sein de la convention cadre du Conseil de l’Europe de Faro et au sein des politiques nationales : http://european-heritage.coe.int.

Ces territoires sont confrontés à différentes difficultés :

  • une perte des savoir-faire ancestraux, plus ou moins rapidement selon les régions européennes,
  • un manque de connaissance de la haute qualité patrimoniale des maîtres d’ouvrage,
  • une insuffisance de la qualité de la restauration des maîtres d’œuvre, liée à un manque de « culture » du territoire et de formations pratiques,
  • un manque de formations alliant connaissance du territoire et acquisition de gestes techniques (les gestes techniques sont issus de la connaissance du territoire),
  • sur les territoires ruraux, de nombreuses femmes peu ou pas qualifiées sont en situation de précarité. Souvent isolées, avec des enfants à charge, elles ont généralement pour seul horizon professionnel des « petits boulots ». Nombre d’entre elles sont néanmoins très sensibilisées à la qualité patrimoniale et paysagère de leur environnement/leur cadre de vie et ont une vraie envie de contribuer à la préserver. Alpes de Lumière a pu observer, lors de formations professionnelles de techniciens de sites patrimoniaux, que celles-ci acquéraient rapidement ces gestes techniques qui nécessitent de façon impérative sensibilité et intelligence du regard. C’est là une valeur ajoutée essentielle.
  • les formations techniques existantes s’adressent à des publics de professionnels en quête de perfectionnement. Ces formations sont difficilement accessibles aux femmes des territoires ruraux.
  • les publics en insertion sont très souvent confinés dans des travaux d’intérêt général ne nécessitant pas de fortes compétences techniques (nettoyage, débroussaillage, etc.)

Les conséquences sont :

  • une perte d’authenticité des territoires, liée à la perte des savoir-faire, préjudiciable au développement durable de ces territoires,
  • la précarité des publics à faible niveau de qualification, et spécifiquement des femmes, sur les territoires ruraux.

Les membres du projet Art’Terri

6 organismes européens collaborent au projet Art’Terri :

Alpes de Lumière – France
Consell de Mallorca – Departament de Medi Ambient – Espagne
K.E.K TECHNIKI EKPEDEFTIKI  – Centre de Formation Professionnelle TECHNIKI EKPEDEFTIKI – Grèce
Regionalne Poradenske A Informacne Centrum Trebisov – Slovaquie
Zukunftsbau GmbH – Allemagne
Sud Concept – Corse, France

Les objectifs

Un enjeu

L’acquisition, par des publics à faible niveau de qualification (plus précisément des femmes), sur les territoires ruraux d’exception, de compétences et connaissances de haute qualité patrimoniale leur permettant de devenir des « artisans du territoire ».

Objectif global du projet

Le développement durable des territoires ruraux de haute qualité patrimoniale.

Objectifs stratégiques

  1. Décloisonner la formation professionnelle continue, des politiques d’aménagement du territoire, d’insertion et des entreprises, par la mise en place de partenariats forts sur les territoires,
  2. Améliorer les compétences des maîtres d’œuvre en dotant les publics à faible niveau de qualification des territoires ruraux, et spécifiquement les femmes, de compétences de haute qualité patrimoniale (savoir-faire anciens),
  3. Encourager l’ouverture, l’échange de connaissances et de savoir-faire grâce à la mobilité européenne,
  4. Ancrer les formations sur les territoires par le biais de chantiers permanents, en conciliant acquisition de savoir-faire anciens et connaissance du territoire.

Objectifs opérationnels

  • Transférer et adapter une méthodologie d’ingénierie de formation européenne, élaborée par le partenaire allemand (dans le cadre d’un projet Leonardo da Vinci), conciliant employabilité de publics en difficulté, lien avec les besoins des entreprises, pédagogie de chantier et mobilité européenne, pour construire un référentiel de compétences « artisan du territoire »,
  • Utiliser la méthodologie d’inventaire des savoir-faire et des modalités de transmission élaborée par le partenaire de Majorque (dans le cadre d’un projet Grundtvig),
  • Expérimenter la formation « artisan du territoire » dans le cadre de chantiers de formation,
  • Promouvoir les bénéfices de ces formations « territorialisées » auprès des donneurs d’ordre et des acteurs de la formation professionnelle.

Les outils transférés par le projet Art’terri

  1. Transfert de la méthodologie « Basicon » pour l’élaboration d’un référentiel de compétences de bases «  artisan du territoire », conformément au Cadre Européen des Qualifications
  2. Elaboration des référentiels « savoir-faire anciens » représentatifs de chaque territoire
  3. Transfert des outils d’ingénierie de formation « Basicon » pour l’expérimentation de la formation en chantier « apprendre en faisant » auprès de publics à faible niveau de qualification.
PROGRAMMATION

2007-2013